Un moment de radio …

Les ados, on en parle à 17H sur www.radiomedecinedouce.com

AvecAnne Bénédicte Damon,  Nathalie Anton, et Arnaud Lerch : feignantise, manque de travail, sudouance, addiction au numérique, pornographie, malbouffe… On décolle les étiquettes, ou pas !

CES CLICHÉS QUI FONT MAL AUX ADOS
Il n’y a pas si longtemps, les ados c’était… sexe, drogue et rock & roll, et aujourd’hui ? La même rengaine version 2.0 ?

Les ados sont feignants, ils ne sont intéressés que par l’argent, ce sont tous des geeks, ils sont influencés par la pornographie, ils mangent mal… autant de clichés qui font souvent rire car ils tirent le portrait du pire ! Mais les clichés font mal aussi car ils ne donnent aucune chance à la situation d’évoluer.

Dans cette émission, nous tenterons de bouleverser ces idées reçues. Il sera question de travail scolaire, d’accompagnement à la maison, de sur-douance, des médias et de jeux vidéos, de pornographie, d’alimentation et de troubles de comportement alimentaire, nous parlerons de règles, de surveillance et de confiance, et du poids des mots !

Animé par : Émilie Brigand
Invité : Anne-Bénédicte Damon, Nathalie Anton, Arnaud Lerch

A (ré)écouter à volonté en podcast ! 

RENTREE rime avec SERENDIPITE

seredipity2

S comme SILENCE – on écoute mieux dans le silence

E comme ECOUTE – parce que si on prend le temps d’écouter l’autre, et ses enfants en particulier, non seulement on leur montre leur importance, mais on s’enrichit soi-même

R comme RENTREE – parce que selon Saint-Exupéry  « le travail t’oblige à épouser le Monde. Celui qui laboure rencontre des pierres, se méfie des eaux du ciel ou les souhaite, et ainsi communique et s’élargit et s’illumine. Et chacun de ses pas se fait retentissant. » et que les vacances n’existent que parce qu’elles font une pause dans le quotidien du travail.

E comme ETRANGER, parce qu’aujourd’hui, plus que jamais, pour nous et surtout pour nos enfants, il est important de s’ouvrir aux autres, de découvrir d’autres langues, d’autres cultures, d’autres civilisations.

N comme NON ! Non à l’enlisement progressif dans un quotidien morose – gardons des petits moments, des petites bouchées de plaisir chaque jour – quelques minutes pour soi, pour se ressourcer, pour se changer les idées, pour se faire du bien

D comme DETOUR, car il faut parfois chercher avant de trouver sa voie, et qu’une vie lisse et sans méandres est souvent monotone.meandres

I comme IMAGINATION –  » Sans imagination il ne pourrait y avoir création. Elle est donc l’activité intellectuelle non seulement la plus féconde mais la plus noble.  » (Albert Jacquard – Petite philosophie à l’usage des non-philosophes)

P comme PATIENCE – parce que le plus souvent, s’énerver, c’est se fatiguer inutilement !

I comme INTELLIGENCE, l’intelligence de l’âme et du cœur, celle que nous devons chercher à développer pour mieux se comprendre, et comprendre l’autre

shoesT comme TOLERANCE – en anglais, on dit qu’il faut marcher un mile dans les chaussures d’un autre avant de le juger, pour comprendre son expérience de vie. Si nous nous mettons à la place de l’autre, nous tolérons plus facilement ses réactions, ses actions. 

E comme ESPOIR – que dire de plus …

Pourquoi SERENDIPITE ? Le mot nous vient de l’Anglais « serendipity », un mot utilisé par Horace Walpole, homme de lettres, au 18ème siècle, inspiré d’un conte oriental , Les Trois Princes de Serendip. La sérendipité est la découverte faite par accident, de quelque chose que l’on ne cherchait pas du tout.

Un mot un peu barbare pour un concept tellement humain, et tellement optimiste !

Je vous souhaite donc une année remplie de SERENDIPITE, une année pavée de belles découvertes inattendues.

La « précocité », ou le marronnier des magazines de janvier

Après les fêtes, et les régimes post-fêtes, il semble que la presse ait trouvé un nouveau marronnier d’hiver , le haut potentiel.

 baby-reading

Rien que dans les magazines de ce mois-ci (datés de février 2017), on trouve :

  • le site Fémina.fr :http://www.femina.fr/Famille/Enfant/Et-s-il-etait-vraiment-precoce-861742#  « Et s’il était vraiment précoce »                                                                           Plutôt un bon article, avec des référents fiables (le Dr Gabriel Wahl)
  • Toujours dans Fémina , Version papier, le haut potentiel apparaît une fois dans le courrier des lecteurs et une fois dans la chronique de Marcel Rufo – où la mère dit de sa fille « ma fille a tendance à faire sa petite prétentieuse, à corriger le discours de la fratrie ou même de nous, ses parents »
  • Dans Marie -Claire « Moi lectrice – mes parents m’ont caché que j’étais surdouée » …Avec le corollaire « j’ai gâché ma vie à cause de ça, c’est trop tard pour moi » .Vu que cette lectrice a une fille de 12 ans, elle ne doit pas être si âgée que ça, et la conclusion est fataliste et pessimiste.
  • Dans Grazia « La course au bébé génie » , ou comment les parents « over-book » leurs enfants dès la naissance – l’article insiste notamment sur les activités proposées aux bébés dans le 16è arrondissement de Paris…

=> Que doit-on déduire de cette abondance d’articles ? Que le hp est à la mode, certes. Et si le message véhiculé était positif et encourageant, j’applaudirais.

Or ce message reste trop souvent négatif – on insiste sur l’échec scolaire – avec des chiffres mythiques et erronés de 2/3 des enfants hp en échec . On présente des jeunes précoces comme des « singes savants » dans des émissions à grand spectacle . Des enfants si éloignés de la réalité du terrain que des patients viennent en disant « mon test doit être erroné, je ne ressemble pas à ça, je n’ai jamais eu de telles capacités ».

Il semble que le focus se dirige également vers les parents – alors que les parents des Petits Génies de M6 sont clairement des « éleveurs de génies » , et font tout pour produire des « enfants de compétition », dans les articles de presse magazine, on leur reproche de trop en faire, de ne pas assez en faire, d’être perdus – comment en serait-il autrement, vu la multitude de messages erronés véhiculés par les média.

A quand des média qui choisiront de parler de ce qui va bien – des enfants et des adultes heureux et biens dans leur peau, même avec un QI hors norme !